la belle des champs mais toxique
Actualité ou on en parle,  Agri environnement

La Belle des champs, mais toxique…

Cette plante aussi belle que toxique se nomme le datura, connue également sous plusieurs autres dénominations comme la pomme épineuse, l’herbe du diable, l’herbe aux sorcières, la trompette des anges…

Elle se trouve à l’état sauvage dans la nature, dans les cultures maraîchères et céréalières en été. Certains même l’utilisent comme plante d’ornement dans leur jardin ou potager. Cette plante est imposante et possède des fleurs blanches ou violettes en formes de trompettes. 

La Belle des champs, mais toxique…
Crédit photo : Amandine Toulza, Le Datura

L’atropine ou la scopolamine, dérivés de l’alcaloïde, que contient le datura sont aussi utilisées à but pharmaceutique.

En 2019 j’ai observé du datura dans des champs cultivés dans le Gard et l’Hérault. En effet, l’œil est attiré par cet adventice, mais attention à ce qui se cache derrière cette beauté…

La Belle des champs, mais toxique…
Crédit photo : Amandine Toulza, Le Datura

Les effets néfastes du datura sur l’homme sont considérables. Les nombreux troubles dus aux alcaloïdes présents dans cette plante sont variés et importants : des sécheresses de la bouche, une pupille dilatée, des effets hallucinogènes, ou une accélération du rythme cardiaque, une perte d’équilibre, un état de confusion… Un fort dosage peut entraîner la mort ou plonger l’homme dans le coma, provoquer un AVC, une détresse respiratoire.

Même une faible dose peut avoir des effets négatifs et dangereux pour l’homme ; les animaux sont aussi sensibles que les êtres humains à cette plante si celle-ci est présente dans leur alimentation.

La Belle des champs, mais toxique…
Crédit photo : Amandine Toulza, Le Datura

Comment les agriculteurs luttent-ils contre le datura dans leurs parcelles ?

Les moyens de luttes sont la surveillance des parcelles et des abords en ne laissant pas monter en graines les plantes de datura, le faux semis, l’arrachage manuel, le fait de broyer les passages d’enrouleurs, les herbicides…

Mais cela reste difficile tout de même de lutter contre cette plante. Une graine de datura peut vivre de nombreuses années dans le sol. De plus, un pied peut produire jusqu’à 5000 graines. Les levées de cette plante pouvant être échelonnées, une surveillance accrue est de rigueur. 

Dans le Gers en 2017, un agriculteur a complètement abandonné sa parcelle de tournesols, car celle-ci était trop infectée par cette plante toxique ; la récolte aurait été impropre à la consommation et bien sûr le rendement moindre.

Comment retrouve-t-on du datura dans notre alimentation ?

Même si nous sommes vigilants, des fragments de datura peuvent se retrouver dans l’alimentation, comme récemment dans de la farine de sarrasin qui a contaminé 35 personnes. Elles ont été intoxiquées en Martinique en mangeant des crêpes, pourtant le produit avait fait l’objet d’un rappel de la DGCCRF trois mois avant. Une seule graine de datura contamine 10 000 graines de sarrasin (200 grammes de farine), alors il y a un risque pour la santé. 

Des lots de haricots verts surgelés ont été rappelés en mars 2019. En effet un client a retrouvé dans son lot un bogue de datura. Par mesure de prévention, plusieurs magasins ont rappelé et retiré ces lots de haricots verts. Fin août 2019, des paquets de farine bio de sarrazin ont aussi été rappelés, contenant un taux de datura important.

Depuis quelques années on remarque une recrudescence de la présence de datura dans l’alimentation. Cela s’explique par la diminution des herbicides présents sur le marché, les communes entretiennent moins les fosses et les abords de route et même si les usines alimentaires font le tri, une branche et une feuille peuvent tout de même passer inaperçues. Cependant, la traçabilité des produits permet de retirer rapidement un lot qui a été contaminé par le datura.

Les communes ainsi que les particuliers doivent être également vigilants à cette plante en ne la considérant pas comme une plante d’ornement, car celle-ci prolifère vite et se propage dans les cultures voisines.

Toutes les adventices ne sont pas favorables et bénéfiques aux cultures, comme l’ambroisie à feuille d’armoise, la morelle noire… On peut se poser la question de comment faire puisque la diminution des herbicides présents sur le marché a augmenté la prolifération des adventices qui rentrent bien évidement en concurrence avec les cultures céréalières ou maraîchères.

La Belle des champs, mais toxique…
Crédit photo : Amandine Toulza, L’Ambroisie, à feuilles d’armoise

Les adventices en général hors culture sont essentielles à la biodiversité, mais attention lorsque celles-ci se retrouvent dans un champ cultivé et non contrôlé, d’autant plus si l’adventice est toxique.

L’agriculture reste un sujet complexe avec toutes les attentes des consommateurs et la question environnementale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *